La Mort d'Orvar Klein -Daniel Katz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Mort d'Orvar Klein -Daniel Katz

Message  Le Sciuridé le Jeu 20 Oct - 20:17

Genre; histoire d'un homme (pas évident à trouver un thème sur ce romen)
Résumé, a la mort d'Ortchik Klein, son fils Orvar intellectuel précoce qui sait que certaines questions ne doivent pas être posées mais qui en pose tout de même pour embêter les gens, va apprendre à vivre grâce à la littérature et devient un libraire achetant des livres mais n'en revendant jamais, car il adore les livres...mais sa vie ,'est pas si routinière que cela, car bientôt de louches individus le capturent et font croire à sa mort...Certes, sa femme touche une assurance vie bien méritée et bienvenue mais elle aussi va devoir se faire du soucis quand justement les gens ayant enlevés Orvar et qui avaient déclaré sa mort lui apprend qu'il est vivant, quelque part en Suède...

Avis, première chose a noter, tout simplement la couleur des pages du roman d'un rose PQnien, qui, d'après la maison d'édition est là juste pour ne pas trop abîmer la vue,e t ce après de mûres recherches, bon ceci dit, 'est assez original. L'histoire ensuite est somme toute assez basique, là encore, ais les situations sont tellement grosses, tellement rocambolesques, avec un humour incisifs, sombres, et des descriptions assez loufoques que bon on passe là-dessus. Les personnages aussi sont assez loufoques, entre Orvar qui est intello officiellement vendeur de livre qui n'en vend pas, son épouse Aino qui doit les vendre au détriment de son mari...mais c'est a propos d'Aino que le livre se foire un peu puisqu'on ne sait pas du tout comment il la rencontre...enfin si, mais l'auteur passe rapidement dessus. Ensuite, les méchants sont assez étranges et farfelus mais le complot est toutefois bien ourdit même si ça foire au final, les rabins, prêtres etc (grosses critiques de la religion), sont des originaux et d'ailleurs il n'y a pas un seul personnage de 'normal', tous ont leur petit problème loufoque, suffit de voir le père d'Orvar, dont on narre promptement la vie de A a Z et qui lui est vraiment spécial...Au final, j'étais sceptique sur l'intérêt du roman emprunté à l'Insitut Finnois, mais finalement il en vaut largement le détour. Cynique a souhait sur la vie des gens, des juifs particulièrement (puisque l'auteur est un juif), sur la religion et la vie en général...
Note, 16/20



avatar
Le Sciuridé
Admin

Messages : 1889
Date d'inscription : 19/10/2011
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://passiondelire.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum