Là-bas- Huysmans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Là-bas- Huysmans

Message  Le Sciuridé le Jeu 20 Oct - 17:14

Genre ; ???
Résumé ; « « le mal d'âmes » comme disait Mallarme, à la fin du siècle, est 'le bizarre attardement, au Paris actuel, de la démonialité.' Gilles de Rais mène le bal par l'intermédiaire d'un historien, Durtal, assoiffé de surnaturel, dont l'initiation sera faites par l'épouse hystérique et perverse d'un cran écrivain catholique. Messes noires et invocations sataniques s'ensuivent, qu'organise un Prêtre excommunié, le chanoine Docre, qui s'est fait tracer sur la plante des pieds l'image de la croix, afin de pouvoir la piétiner constamment, et dont les plus innocents plaisirs sont de nourrir des souris blanches avec des hosties consacrées. Dans ce monde du Sabbat et du blasphème, la raison ne survit que réfugiée dans une tour de Saint Sulpice, où la femme du sonneur de cloche, mitonne à l'égard de rares rescapés de divins pot au feu . » (4ème de couverture)

Avis, nous voilà en présence d'un admirable histoire qui se veut passionnant et qui à première vue va traiter donc de démons, messes noires etc grâce au non moins célèbre Gilles de Raye, fidèle compagnon de Jeanne d'Arc, héros de la guerre de 100ans qui pourtant va commettre les pires pêchés qui soit. A qui la faute ? Est-ce la vue de sa compagne périr sous les flammes ? Ou est ce le malin qui a pris son âme ? Ou est-il une victime consentante et ou naive ? c'est ce que veut découvrir notre brillant héros, Durtal, intelligent, philosophe, et extraordinaire orateur en tentant de trouver comment Rais a t-il pu autant choir. C'est donc bien parti (et munissez vous d'un dictionnaire car Huymans n'est point à prendre à la légère) mais hélas on tombe dans un non intérêt total. Après tout Huysmans n'apprends rien aux gens qui ont un minimum de culture et qui sont au courant de la vie de débauche de notre Raye national. Quand aux événements qui l'entraîneront sur les voies du Satanisme avec l'aide ô combien précieuse d'un ami médecin blasé, ils n'ont pas une envergure telle qu'on aurait pu s'imaginer. La Messe Noire en question tarde à être développé et si ce n'est le talent oratoire du prêtre excommunié, la messe est franchement ridicule à souhait. Les questions métaphysiques, religieuses sur le monde actuel vis à vis du Moyen Âge et des superstitions etc sont abondantes, et les critiques cruelles fusent, notamment vis à vis de Zola qui s'en prend plein la gueule, mais d'autres personnes également, telle l'Eglise. On eut être a la fois d'accord et pas d'accord sur les dires des personnages, là c'est chacun pour soi. Et pour en revenir au récit qui n'en est point un, il s'avère que l'auteur aurait pu créer une meilleure ambiance et une bien meilleure aventure. Entre faits historiques et mensonges, il faut lire entre les lignes. Après le récit, principalement des dialogues sans fin qui se finissent généralement par 'bon il se fait tard allons-y', (dialogues au demeurant bien tourné, mais dont la tournure n'est pas terrible, les pensées sont comme des phrases avec des tirets et la rupture entre le dialogue et un fait, genre je prends quelque chose, embrouille légèrement, heureusement on s'y fait vite) nous avons une histoire d'amour foldingue et complètement absurde. Je ne qualifierai point Hyacinthe de folle hystérique bien au contraire, c'est un des personnages mystérieux les plus importants de l'ouvrage. Le médecin blasé aurait mérité un bien meilleur rôle (mais je ne puis vous en dire davantage sans tout révéler ou presque), Durtal est un romancier finalement quelconque, plein d'arguments, d'ingéniosité et de malices, mais il est quelque peu stupide et ignare en matière de femme, et on le voit également comme hautain et fier de lui. Du moins est)ce mon avis. Relevant le tout, deux personnages forts sympathiques (outre des Hermies qui est ce médecin blasé qui provoque des rencontres plus ou moins inattendues), et ces hères sont le couple Chaix ; lui sonneur de Cloche lassé par la vie et fana de cloches, elle très bonne cuisinière, un peu boulotte à l'esprit vif et qui aurait pu avoir un bien meilleur rôle. Oh, et n'oublions pas un autre personnage, bonne humeur, sympathique, qui excelle dans son métier et qui n'apporte vraiment rien à l'ouvrage si ce n'est de la légèreté et de l'humour, le con cierge, Rateau. Enfin, Docre ce fier sataniste excommunié n'apporte malheureusement pas grand chose et une messe noire c'est une messe noire, pas deux, le narrateur ne peux se faire une opinion dès le départ (d'autant plus que ladite messe est ridicule à souhait). Sous prétexte donc d'un roman sur Gilles de Rais, écris par un narrateur biscornu, l'auteur tente de comprendre la démonologie, le satanisme et n'y parviendra évidemment pas. Avec une sacrée conclusion finale. Ceci dit, quelques passages font rires. Doit-on donc lire ce roman ? La question se pose. En soit, il n 'a pas de réelle valeur et il n'apporte rien à notre vie, mais ça se laisse lire (avec un dico, quatre mots que je n'ai points compris ce qui est rare dans les ouvrages que je lis pour ne pas dire inexistant), et de fait, ce roman apporte en revanche, une énorme soif de connaissances verbales, de mots, car Huymans, avouons-le est un fin lettré. Par ailleurs ce roman, cette édition j'entends contiens un dossier intéressant, outre la biographie, il explique certains personnages du roman (réels et fictifs), un bibliographie, une préface de l'auteur , le rapport entre Là-bas et le Tarot.
Note ; 17/20


avatar
Le Sciuridé
Admin

Messages : 1860
Date d'inscription : 19/10/2011
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://passiondelire.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum