Parfois je me sens comme un enfant sans mère -Tito Topin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parfois je me sens comme un enfant sans mère -Tito Topin

Message  Le Sciuridé le Jeu 20 Oct - 16:57

Genre; anticipation/policier
Résumé: Ballard est un vieux flic. Blasé par le temps, blasé par tout, las de voir ses collègues crever il va obtenir toutefois une chance de les venger. En effet, un drôle d'individu nommé Conseiller arrive en banlieue et rameute à lui tous les miséreux, mais également les truands. Il se dit élu de Dieu, veut construire une église...et se fait comme bras droit un criminel. Criminel qui se fout royalement de Dieu mais qui va rester fidèle, car les suppôts apportent des argents...Ballard et trois de ses collègues tombent dans un piège...Ballard abat sans le vouloir une femme, une journaliste...Dès lors il n'a plus le choix, le préfet fait pression sur lui pour qu'il intègre le groupe du Conseiller, qu'il le piège en faisant sauter une voiture piégée...Après quoi le Raid finira le boulot. Mais la vie de Ballard tourne subitement lorsqu'il rentrera l'étrange Sasha...Sasha qui veut retrouver son frère attiré par le Conseiller...
Avis, donner un résumé avec autant de donnée révèle de l'exploit mais j'y suis un tant soit peu parvenu. Sinon je donnerai bien trop de renseignements qui sont utiles. Dans cet univers glauque à souhait, Tito Topin, créateur de Navarro, laisse une image sombre de la Banlieue mais également des flics. Même très pessisimes, peut être trop, car on est loin du bouquin à notre époque pourtant pas très fair play. Les événements sont poussés à l'extrême, bien que l'auteur vise juste. Pots de vins, politiciens plein de tunes qui se sniffent à la drogue, flics qui font leur boulot mais qui, s'ils abattent quelqu'un en légitime défense, vont en taule, et miséreux. Sauf, je me répète que là c'est poussé à l'extrême. Un exemple concret inutile dans le roman et qui pourtant se révèlera assez juste dans la vie, c'est la fliquette sous une fausse identité que Ballard va obligé à aller en taule, tout simplement parce qu'il ne veut pas d'elle pour son boulot presque suicidaire. En cellule, elle se fera violée par des collègues. Topin montre du doigt une société actuelle plutôt décadente. Enfin y a décadente et décadente. Malheureusement, le titre du bouquin ne donne pas envi de le lire...si je n'avais pas lu le résumé dans un magasine je ne l'aurai sûrement pas acheté. Quand à l'écriture, sombre, pessimiste, très dépressif. Est-ce voulu? Est ce que Topin est déprimé? A savoir. En tout cas le roman est glauque à souhait et l'histoire d'amour qui se déroule aussi surprenante que peu originale, bien que l'épilogue soit très...spécial. Fin bref, à lire mais âmes sensibles s'abstenir.
Note; 16/20

avatar
Le Sciuridé
Admin

Messages : 1874
Date d'inscription : 19/10/2011
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://passiondelire.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum