L'Ordre des Assassins de Joseph von Hammer-Purgstall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Ordre des Assassins de Joseph von Hammer-Purgstall

Message  Le Sciuridé le Jeu 27 Oct - 17:13

Genre; essai
Résumé: "Il existe tant d'analogies entre l'Ordre des Assassins et d'autres Ordres, contemporains ou postérieurs, que, aujourd'hui, certains n'ont pas manqué d'en établir une supplémentaire entre cet Ordre et les réseaux terroristes, d'autant plus que l'idée du Paradis à l'ombre des épées est toujours présente chez certains musulmans définis comme fondamentalistes . Que faut-il penser de ces rapprochements ? Cet ouvrage, extrêmement documenté, permettra à chacun de se faire son opinion là-dessus. Pour l'auteur : Si les Templiers, sous beaucoup de rapports, marchèrent sur les traces des Assassins, ils trouvèrent des imitateurs dans les Jésuites (ceux-ci, après la suppression de leur Ordre, firent comme les Assassins après la chute d'Alamout ; ils tâchèrent de conserver, sinon une puissance politique, du moins une influence cachée). La constitution de la loge du Caire, la série graduée des initiations, les dénominations de maîtres, de compagnons, d'apprentis, la doctrine publique et la doctrine secrète, le serment d'obéissance passive, nous retrouvons tout cela dans ce que nous avons vu, lu ou entendu, de nos jours, sur les sociétés secrètes qui ont été les instruments de tant de révolutions. Toutefois, on ne peut nier que quelques-unes de leurs institutions fussent réellement dignes d'éloges ; elles n'avaient d'autre but que la propagation des connaissances et la protection réciproque des initiés. C'était en proclamant partout leur amour des lumières, leur bienfaisance et leur philanthropie, qu'ils séduisaient la multitude et parvenaient à leur fin. L'auteur de cette histoire s'est proposé un double but : de montrer la désastreuse influence des sociétés secrètes sous les gouvernements faibles et, ensuite, d'exhumer les trésors historiques si importants, si rares et souvent trop dédaignés de la littérature orientale."4eme de couverture)
Avis; Considérons d'ors et déjà ce livre comme décevant pas de nombreux points. Je commencerai pas la non relecture de ces 340 pages, rééditées depuis 1833 qui ont quelques fautes et bavures d'encre, mais aussi je ne savais pas qu'en 1830 les T n'existaient pas. Ou peu. Allons y donc: Descendan, Croyan, Monumen, Présen, reconnaissan, commandan, habitan, excellen, éclaircissemen, gouvernemen, inciden et j'en oubli ont tous ce T manquant. Les trois quart des mots terminant par ANT et ENT en temps normal ne l'on pas. Et pourtant certains sont au futur, donc croyans, habitans...Où est passé ce T? Car si ce n'était qu'un mot!mais non Habitan, gouvernemen, croyan sont repris des dizaines de fois. Alors de temps en temps apparait un CommandanT ou GouvermenT et il y a tout de même de rares mots s'achevant par ent...mais j'avoue que j'étais perplexe...Enfin on s'y fait, non sans mal et agacement.
2eme point; manque clairement d'objectivité. L'auteur considère l'Ordre comme des Assassins tueurs vilains pas beaux en puissance, ce qui peut ce concevoir surtout en 1830...mais ça n'empêche pas qu'il se devrait, en temps qu'auteur (Allemand à la base), être neutre de toute considération. Hors l'Ordre des Assassins, à l'instar de l'Ordre des Templiers (cité), sont équivalents dans l'horreur absolu qu'ils causèrent, sans comprendre réellement les tenant et agissement ainsi que leur alliance...
En fait sans avoir réellement de base concrète ni de règle, tout ce qu'on sait c'est que les tueurs sont capable de donner leur vie pour leur maître, à se tuer ne serait-ce que pour faire plaisir au boss et point barre. Les lois islamistes changeant au gré des Grands Maîtres, des cultures de la géopolitiques et des arrangements entre voisins, amis et lèches culs...vous me direz c'est encore valable de nos jours. Donc aucune règle, aucun statut. Une historie dans les grandes largeurs et longueurs. Amis, ennemis, complots, assassinats, et enfin, la date d'apparition de l'Ordre, de son premier à son dernier Grand Maître, expliquant la raison du délcin, finalement tout politique. Le livre est donc en parti intéressant mais finalement décevant par certains égards. Je m'attendais à bien plus. Les conditions d'époque n'aident certes pas.
Notons que c'est le seul ouvrage à ma connaissance actuelle des éditions pardes faisant 340 pages là où d'habitude les gros lives sont en 2 tomes, et les livres en général 120...
avatar
Le Sciuridé
Admin

Messages : 1874
Date d'inscription : 19/10/2011
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://passiondelire.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum