La Chanson des Nibelungen suivi de la Plainte (présentés par Danielle Buschinger)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Chanson des Nibelungen suivi de la Plainte (présentés par Danielle Buschinger)

Message  Le Sciuridé le Lun 1 Aoû - 16:33

Genre; aventures héroïques
Résumé;"C'est ici que pour la première fois sont réunies, traduites dans une langue moderne, la Chanson des Nibelungen et la Plainte, écrites vers 1200 et associées dans tous les manuscrits du Moyen Age.
Celui de Saint-Gall, dont le texte est l'objet de notre traduction, se présente comme un texte continu - la Plainte, dont nous donnons la première traduction française, étant assimilée à la quarantième aventure de la Chanson. Pour cette raison, il convenait non seulement de les unir dans la publication, mais aussi d'interpréter l'ensemble formé par les deux œuvres. Le drame de la Chanson est compensé par la conclusion de la Plainte : à part les Huns dont l'empire disparaît, la dynastie des Burgondes, qu'on avait crue anéantie, renaît en la personne de l'enfant roi, de même que la dynastie des Staufen se pérennise en Philippe de Souabe, fils de Frédéric Barberousse, ou en la personne du petit-fils de celui-ci, le futur Frédéric II.
C'est dans ce sens que la Plainte prolonge la Chanson et qu'on peut lire le tout comme une glorification positive des Staufen, qui se considéraient comme les descendants des Burgondes/Bourguignons. À la suite de Jean Fourquet, Danielle Buschinger émet par ailleurs, dans son ample introduction et ses notes, une nouvelle hypothèse sur l'identité des Nibelungen et la genèse de la Chanson. "(4eme de couverture)
Avis; si la Chanson des Nibelungen est archi connue, surtout via Wagner, il n'en demeure pas moins que le texte à évolué au fil des écrits, tandis que la Plainte est une sorte de finale (qui honnêtement n'était pas nécessaire. Texte court mais sans réel intérêt si ce n'est de savoir ce qu'il advient d'un certain personnage). Comme vous le savez déjà ce texte antique si l'en est est une oeuvre majeure, pleine d'actions, de rebondissements, de sang, de morts et surtout de tragiques. Aventures héroïques, combats apocalyptiques, grands héros...alliances et mésalliances, vengeances. La légende se Siegfried commence ici avec la rencontre de l'épouse de Siegfried, l'aide qu'il apportera au Roi Gunther pour conquérir Brunehild. Il faut noter aussi la présentation de 150pages environ apporté et sur la légende, et sur l'histoire et sur le contexte qui servira d'introduction par Buschinger. Un travail sûrement éprouvant et qui est plus intéressant que ce qu'on ne pense. En fait, l'intro se lit très vite et le texte réparti sur 400pages environ se lit tout aussi rapidement. Cependant, lors d'une scène de chasse...on notera la présence de lion et de bison. Dans les pays nordiques, à l’époque cela me semble étrange mais pourquoi pas...et on notera la fâcheuse tendance (même si l'on connait en grande ligne l'histoire) que les conteurs ne laissent finalement que peu de place aux surprises. On sait dès le départ que cela finira mal ou que tel héros va périr...Je trouve ça un brin stupide mais c'est dans l'air du temps...Et un autre passage m'a interpelé. En fait 2. Le quasi viol de Brunehild par Gunther (Siegfried), qui considère que Gunhter l'a conquise amoureusement. Bref la loi du plus fort. Et une phrase; 'demander avis avant de donner une réponse négative'. Ça veut dire, pour moi que...qu'il demande ou aps au final se sera non. Donc cette phrase est idiote. Qu'il demande avis est une chose mais... bon l'un dans l'autre, un ouvrage complet et palpitant. A lire.

avatar
Le Sciuridé
Admin

Messages : 1870
Date d'inscription : 19/10/2011
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://passiondelire.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum