Le Chaudron du Dagda de Valery Raydon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Chaudron du Dagda de Valery Raydon

Message  Le Sciuridé le Lun 16 Mai - 14:54

Genre; essai
Résumé: » L
e chaudron d’abondance du dieu-druide irlandais Dagda aiguise depuis longtemps la curiosité des Celtisants amateurs et ceux plus académiques. La rareté, tout autant que le caractère tardif et christianisé des sources mythologiques y faisant référence, ont fait qu’aucune étude d’envergure n’avait été consacrée jusqu’ici à cet attribut divin et à la signification qu’il recouvrait dans la pensée religieuse gaélique préchrétienne, et plus particulièrement au sein de la théologie du dieu Dagda.
Valéry Raydon tente de combler cette lacune à l’aide de la méthode structurale et comparative dumézilienne. Relevant la qualité de la source de référence sur ce chaudron, une notice tenant lieu à la fois de théogonie, de sociogenèse divine, et de récit étiologique sur l’origine de la souveraineté irlandaise, il restitue la place de ce chaudron à l’intérieur du système panthéiste goïdélique et met en lumière le réseau complexe d’éléments symboliques codi-fiant le motif mythologique de cet attribut divin. Il n’était pas seulement une marmite au contenu alimentaire inexhaustible, mais un vaissel faisant l’objet d’une curieuse association avec l’élément marin et un talisman de souveraineté. Et il avait pour mission de remplir un office social particulier : assurer le service alimentaire des banquets royaux célébrant les grandes fêtes d’ouverture des saisons du calendrier préchrétien par lequel le roi des dieux Túatha Dé Dánann montrait sa compétence à nourrir l’ensemble de la population irlandaise. L’authenticité et l’ancienneté de la tradition transmise tardivement est démontrée à la fois par la concordance de la codification du chaudron du Dagda avec les autres accessoires connus du dieu, et par sa relation directe avec une conception archaïque de l’organisation du panthéon et de la souveraineté relevant de l’idéologie trifonctionnelle indo-européenne.
L’auteur identifie aussi une application rituelle du chaudron du Dagda survivant dans une institution majeure de l’Irlande alto-médiévale, celle du ‘chaudron de répartition’ propre à l’aristocratie gaélique. Et il traque les avatars du chaudron mythique dans l’épopée, dans l’hagiographie, mais aussi dans la toponymie et les légendes qui s’y rattachent. Il discute la fidélité des avatars débusqués au schéma mythologique décalqué et examine leurs éventuels apports à l’approfondissement de la compréhension du chaudron du Dagda et, par ricochets, au décryptage de certains traits de la personnalité du dieu demeurés obscurs dans sa mythologie. Ainsi assiste-t-on au lever du mystère sur deux des aspects les plus énigmatiques de cette marmite : son rapport aux eaux marines et l’origine de son pouvoir génésique extraordinaire. »(4eme de couverture)
Avis;
en ce long très long résumé vous avez l'aperçu global du livre. Terre de Promesse (déjà référence celte), récemment créé, propose donc des ouvrages sur le domaine indo europééen axé sur le celtique. Trois livres parus, plus 2 en cours, et ce premier que j'ai acheté (sûrement pas le dernier), tient toutes ses promesses...De fait, à cours d'essais, d'analyses, de notes, avec des annotations à tout bout de champ, l'auteur (que je prenais pour une femme sig), décortique le mythe. Une introduction nous plonge déjà dans le vif du sujet avant de voir la description dudit chaudron et de ses attributs, des références littéraires dans lequel on peut le trouver, mais aussi la toponymie du sujet, son application rituel, ce qui nous mène inévitablement à la société culturel, à la divinité en soi, ainsi qu'à de nombreux extraits de textes...
Malheureusement 2 points négatifs sont à noter. Le premier; le manque d'images, d'illustrations, de photos (au dela des couvertures) ce qu'on attend également de cette oeuvre même si ce ne sont que des dessins d'époques futures, c'était une donnée de plus non négligeable (surtout le prix du livre assez onéreux). Ensuite, le texte trop compacte est de temps en temps pesant, lourd et pénible...avec son lot d'annotations (ce qui montre également le sérieux des recherches, de la profondeur d'analyse de l'auteur pour sûr...) mais ça donne sur ces 170 pages environ une petite lourdeur...
Mais c'est aussi un livre passionnant pour les adeptes de ce monde.
avatar
Le Sciuridé
Admin

Messages : 1853
Date d'inscription : 19/10/2011
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://passiondelire.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum